L'édito du Président

Installation et ou prestation intégrale ??

La profession agricole vit depuis près d’un an une dramatique crise économique, existentielle et morale, dont l’un des résultats est, qu’une partie des agriculteurs jettent clairement l’éponge face aux montagnes de travail ou plutôt de contraintes improductives (notamment environnementales) franco-française en totale inadéquation avec la sacrosainte compétitivité, tant demandée par la profession et la classe politique mais seulement pour ces derniers à la veille d’élections…

A force de railler leur métier certains paysans ont fini par en dégouter leur progéniture de faire de l’agriculture leur futur. Et alors me direz-vous ? Alors je vous dirais que l’on a pour habitude de parler de quatre départs en retraite pour une installation. Une installation c’est-à-dire une exploitation, une entité qui perdure. Et alors où vont les trois autres ? À l’agrandissement avait-on pour coutume de dire par le passé, mais depuis quelques années on peut également annoncer une autre voie, celle de la prestation intégrale. Souvent tabou on s’aperçoit de par de rapides sondages que nombre d’agriculteurs en font et qu’à l’inverse de plus en plus d’anciens agriculteurs ou nouveaux « installés patrimoniaux » qui ont une vie au-delà du territoire, font faire. A quel coût est faite cette prestation ? Quel contrat lie les entités ? La prestation est-elle un frein à l’installation ? Et si à l’inverse la prestation pouvait permettre d’installer ? Quel avenir pour nos territoires ? Que recherche-t-on dans la prestation ? Et puis finalement d’où vient véritablement le malaise ?.....nombre de questions se posent au sein des Jeunes Agriculteurs et de la profession en générale, et nous tenterons d’y répondre lors de notre AG départementale du 25 février prochain.

Jean Baptiste Prevost, Président JA 51

Se connecter

Rejoignez-nous !

Retrouvez nous sur Facebook Retrouvez nous sur Youtube